Apatite

L'apatite est un nom générique désignant des phosphates hexagonaux de composition assez variable, Ca 5 3. Trois espèces sont reconnues par l'IMA, appelées selon l'anion prévalent ...


Catégories :

Matériau piézoélectrique - Matériau - Phosphate (minéral) - Calcium (minéral)

Apatite
Catégorie VIII : phosphates, arséniates, vanadates
Apatite Canada.jpg

Apatite Québec (Xl 32cm)
Général
Formule brute Ca5 (PO4) 3 (OH, Cl, F)
Identification
Couleur incolore, jaune, bleue, verte, violette, rouge, brun-rouge
Classe cristalline et groupe d'espace Dipyramidal, 6/m\
Système cristallin hexagonal
Clivage imparfait selon {0001}
Habitus le plus fréquemment, prisme hexagonal avec faces du prisme plus ou moins développée
Échelle de Mohs 5
Éclat vitreux
Propriétés optiques
Indice de réfraction no=1, 633-1, 667
ne=1, 630-1, 664
Biréfringence 0, 002 bis 0, 004 ; biaxe négatif
Dispersion 2vz ∼ δ=0, 003
Trait blanc
Autres propriétés
Densité 3.16-3.2
Solubilité lentement sol. dans HCl (fluorapatite) [1];
sol. dans l'HNO3
Caractères différentifs
Magnétisme aucun
Principales variétés

L'apatite est un nom générique désignant des phosphates hexagonaux de composition assez variable, Ca5 (PO4) 3 (OH, Cl, F). Trois espèces sont reconnues par l'IMA, appelées selon l'anion prévalent :

Deux variantes monocliniques auparavant reconnues comme espèces (dont la clinohydroxylapatite) sont désormais reconnues comme des polytypes)
Tous comportent des tétraèdres PO4 isolés, avec des ions Ca2+ en coordination 9. Les carbonate-apatites remplacent un tétraèdre PO4 par un groupe CO3OH ou CO3F. Le supergroupe de l'apatite renferme des minéraux de structure identique, mais dans lesquels le calcium est remplacé par du strontium, cérium, manganèse, yttrium, plomb et le phosphore est remplacé par l'arsenic, le vanadium, le soufre, le silicium... (pyromorphite, vanadinite, mimetite, fluorellestadite... )

Inventeur et étymologie

Décrite par le minéralogiste allemand Abraham Gottlob Werner en 1786, le terme est inspiré du grec apatan ; tromper[2].

Cristallographie

  Unité cellulaire de l’apatite
Unité cellulaire de l'apatite

Les espèces

Inventeur : Rammelsberg en 1860 le nom reprend l'espèce d'origine supposée et la composition chimique spécifique ici le chlore[3].
Topotype : Kragerø, Telemark, Norvège
Formule : Ca5 (PO4) 3Cl
Gîtologie : Veines dans les roches gabbroïques, et dans certaines météorites
Système cristallin : Hexagonal et monoclinique
Particularité : Présente dans certaines météorites
Formule : Ca5 (PO4) 3F avec des traces de : OH;Cl;TR;La;Ce;Pr;Nd;Sm;Eu;Gd;Dy;Y;Er.
Inventeur : Rammelsberg en 1860 le nom reprend l'espèce d'origine supposée et la composition chimique spécifique ici le fluor.
Particularité : Luminescence, fluorescence, Phosphorescence, Thermoluminescence
Système cristallin : Hexagonal et monoclinique
La clinohydroxylapatite est désormais reconnue comme un polytype monoclinique de l'hydroxylapatite
Formule : Ca5 (PO4) 3 (OH)
masse moléculaire : 499.72gm
Système cristallin : monoclinique
Uniaxe négatif;δ = 0.008
Particularité : Radioactivité détectable
Topotype : Thunder Bay district, northwestern Ontario, Canada

Synonymie

Variétés et mélange

Synonymie pour cette variété :
  • collophanite (Dana, E. S. 1892) [17]
  • α-Dahllite, β-Dahllite et γ-Dahllite [18] Appelé en hommage aux géologues norvégiens Tellef Dahll (1825-1893) et Johan Marin Dhall (1830 - 1877).
  • grodnolite (Morozewicz 1924) [19] Appelée selon le topotype Grodno (Hrodna, biélorusse)
  • kurskite (Chirvinsky 1911) [20].
  • podolite (Chirvinsky 1907) [21]
  • pseudo-apatite (Breithaupt 1837) [22] décrite à partir d'échantillons de la mine de Churprinz près de Freiberg en Saxe.

Galerie

Gîtologie

Gisements remarquables

Yates mine, Otter Lake, Pontiac RCM, Outaouais, Québec [30]
Liscombe, Cardiff Township, Comté d'Haliburton, Ontario (variété trilliumite)
Carrière Barbin, Nantes Loire-Atlantique [31]
Mines de Panasqueira, Panasqueira, Covilhã, District de Castelo Branco [32]

Utilisations

Notes et Références

  1. (en) Thomas R. Dulski, A manual for the chemical analysis of metals, vol.  25, ASTM International, 1996, 251 p. (ISBN 0803120664) [lire en ligne], p.  71 
  2. Werner (1786) Gerhard's Grundr.  : 281.
  3. Rammelsberg, C. F. (1860) Handbuch der Mineralchemie. First edition, Leipzig
  4. Dictionnaire des sciences naturelles par Frédéric Cuvier p. 331 1816
  5. Sage, B. G. (1777) Eléméns de minéralogie docimastique, second edition, 2 volumes : 1 : 231.
  6. Annales de la Société géologique du Nord, Volumes 21-22 Par Société géologique du Nord (Lille, France) p. 248 1893
  7. Traité de chimie, générale, analytique, industrielle et agricole, Volume 2 Par Jules Pelouze, Edmond Frémy p. 702
  8. Dictionnaire universel des sciences, des lettres et des arts, Volume 1 Par Marie Nicolas Bouillet 1750 p. 174
  9. Traité de minéralogie, Volume 2 Par René Just Haüy p. 234 1801
  10. Romé de Lisle, R. (1772) Essai de cristallographie. Paris
  11. Roscœ and Schorlemmer (1877) Treat. on Chem : 1 : 459.
  12. Nouveau dictionnaire d'histoire naturelle Volume 17 p. 477 1803
  13. Davila, M. (1767) Catalogue syst. et raisonné des curiosités de la nature et de l'art qui composent de cabinet de M. Davila. 3 volumes, Paris.
  14. Proust 1788 Le Journal de physique et le radium, Paris : 32 : 241
  15. Shepard (1856) American Journal of Science : 22 : 96.
  16. Phipson (1862) Journal of the Chemical Society, London : 15 : 277.
  17. Dana, E. S. (1892) System of Mineralogy, 6th. Edition, New York : 808
  18. Palache, C., Berman, H., & Frondel, C. (1951), The System of Mineralogy of James Dwight Dana and Edward Salisbury Dana, Yale University 1837-1892, Volume II. John Wiley and Sons, Inc., New York, 7th edition, revised and enlarged, 1124 pp.  : 879.
  19. Morozewicz (1924) Bulletin de la Entreprise française de Minéralogie : 47 : 46.
  20. Chirvinsky (1911) Jb. Min.  : II : 61, 71.
  21. Chirvinsky (1907) Centralblatt für Mineralogie, Geologie und Paleontologie, Stuttgart : 279.
  22. Breithaupt (1837) Glocker's Min. Jahresh.  : 217.
  23. Fersman (1928) Jb. Min., Beil. -Bd.  : 55 : 40
  24. Emmons (1838) Rep. Geol., New York : 252
  25. Nordenskiöld (1857) Moskovskœ Obshchestvo Ispytatelei Prirody (Société impériale des naturalists de Moscou)  : 30 : 217, 224.
  26. Abildgaard (1798) Moll's Berg. -Hütten, Jb.  : 2 : 432.
  27. Bulletin de la Entreprise française de minéralogie et de cristallographie, Société minéralogique de France, Entreprise française de minéralogie Volume 20 pp. 164-165 1897
  28. Kirwan, R. (1794) Elements of Mineralogy, second edition : 1 : 129.
  29. Gems : their sources, descriptions and identification Par Michæl O'Donoghue pp. 386 2006
  30. Sabina, Ann P., Geological Survey of Canada paper 70-50
  31. Annales, Volumes 55-56 Par Société Académique de Nantes et du Département de la Loire-Inférieure p. 433 1884
  32. Bull. Minéral., 1988, 111, 251-256
  33. Waking a Sleeping Giant : The Tobacco Industry's Response to the Polonium-210 Issue (le texte entier -- origine non vérifiée) , American Journal of Public Health , septembre 2008
  34. Waking a Sleeping Giant : The Tobacco Industry's Response to the Polonium-210 Issue abstract, American Journal of Public Health , septembre 2008
  35. Le secret du polonium 210 dans la fumée de cigarette, Le Figaro, 27 août 2008
  36. Du polonium 210 dans les cigarettes : les industriels savaient, Le Nouvel Observateur, 28 août 2008

Bibliographie

Recherche sur Google Images :



"Apatite Québec (Xl 32cm)"

L'image ci-contre est extraite du site fr.wikipedia.org

Il est possible que cette image soit réduite par rapport à l'originale. Elle est peut-être protégée par des droits d'auteur.

Voir l'image en taille réelle (250 × 318 - 17 ko - jpg)

Refaire la recherche sur Google Images

Recherche sur Amazone (livres) :



Principaux mots-clés de cette page : apatite - variétés - décrite - volumes - nom - and - phosphates - espèces - phosphore - minéralogiste - cristallin - fluorapatite - hydroxylapatite - monocliniques - roches - traces - pierre - france - minéral - polonium - 210 - edition - minéralogie - société - journal - formule - système - hexagonal - composition - reconnues -


Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/Apatite.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 09/12/2010.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu