Semi-conducteur

Un semi-conducteur est un matériau qui a les caractéristiques électriques d'un isolant, mais pour lequel la probabilité qu'un électron puisse contribuer à un courant électrique, bien que faible, est suffisamment importante.


Catégories :

Semi-conducteur - Matériau - Micro-électronique - Science des matériaux

Définitions :

  • Substance solide cristalline comme le silicium (Si) pourvue des caractéristiques électriques intermédiaires entre celles des conducteurs et des isolants. (source : scienzagiovane.unibo)

Un semi-conducteur est un matériau qui a les caractéristiques électriques d'un isolant, mais pour lequel la probabilité qu'un électron puisse contribuer à un courant électrique, bien que faible, est suffisamment importante. En d'autres termes, la conductivité électrique d'un semi-conducteur est intermédiaire entre celle des métaux et des isolants à proprement parler.

Le comportement électrique des semi-conducteurs est le plus souvent modélisé avec la théorie des bandes d'énergie. Selon celle-ci, un matériau semi-conducteur possède une bande interdite suffisamment petite pour que des électrons de la bande de valence puissent aisément rejoindre la bande de conduction. Si un potentiel électrique est appliqué à ses limites, un faible courant électrique apparait, génèré à la fois par le déplacement de tels électrons et celui des «trous» qu'ils laissent dans la bande de valence.

La conductivité électrique des semi-conducteurs peut être contrôlée par dopage, en introduisant une petite quantité d'impuretés dans le matériau pour produire un excès d'électrons ou un déficit. Des semi-conducteurs dopés différemment peuvent être mis en contact pour créer des jonctions, servant à contrôler la direction et la quantité de courant qui traverse la totalité. Cette propriété est à la base du fonctionnement des composants de l'électronique moderne : diodes, transistors, etc.

Le silicium est le matériau semi-conducteur le plus utilisé commercialement, du fait de ses bonnes propriétés, et de son abondance naturelle ; il existe aussi des dizaines d'autres semi-conducteurs utilisés, comme le germanium, l'arséniure de gallium ou le carbure de silicium.

Historique

Structure électronique des semi-conducteurs

Principe de la structure en bandes

Article détaillé : Théorie des bandes.
Schéma théorique établi selon la théorie des bandes d'énergie indiquant suivant les cas la position respective de la bande de valence et de la bande d'énergie.

Le comportement des semi-conducteurs, comme celui des métaux et des isolants est décrit via la théorie des bandes. Ce modèle stipule qu'un électron dans un solide ne peut prendre des valeurs d'énergie comprises dans certains intervalles qu'on appelle «bandes», plus particulièrement bandes permises, lesquelles sont scindés par d'autres «bandes» nommées bandes d'énergie interdites ou bandes interdites.

Quand la température du solide tend vers le zéro absolu, deux bandes d'énergie permises jouent un rôle spécifique :

La bande de valence est riche en électrons mais ne participe pas aux phénomènes de conduction (pour les électrons). La bande de conduction, quant à elle , est soit vide (comme aux températures proches du zéro absolu dans un semi-conducteur) soit semi-remplie (comme dans le cas des métaux) d'électrons. Cependant c'est elle qui permet aux électrons de circuler dans le solide.

Dans les conducteurs (métaux), la bande de conduction et la bande de valence se chevauchent. Les électrons peuvent par conséquent passer directement de la bande de valence à la bande de conduction et circuler dans tout le solide.

Dans un semi-conducteur, comme dans un isolant, ces deux bandes sont scindées par une bande interdite, nommée fréquemment «gap». L'unique différence entre un semi-conducteur et un isolant est la largeur de cette bande interdite, largeur qui donne à chacun ses propriétés respectives.

Dans un isolant cette valeur est si grande (aux alentours de 6 eV pour le diamant par exemple) que les électrons ne peuvent passer de la bande valence à la bande de conduction : les électrons ne circulent pas dans le solide.

Dans les semi-conducteurs cette valeur est plus petite (1, 12 eV pour le silicium, 0, 66 eV pour le germanium, 2, 26 eV pour le phosphure de gallium). Si on apporte cette énergie (ou plus) aux électrons, par exemple en chauffant le matériau, ou en lui appliquant un champ électromagnétique, ou encore occasionnellement en l'illuminant, les électrons sont alors capables de passer de la bande de valence à la bande de conduction, et de circuler dans le matériau.

Notion de gap direct, gap indirect

Structure de bande du silicium. Le minimum de la bande de conduction est localisé sur l'axe Δ, en k≠0, ce qui en fait un semi-conducteur à gap indirect.

La famille des matériaux semi-conducteurs, isolant à bande interdite de l'ordre de 1eV, peut être divisée en deux groupes : les matériaux à gap direct, comme la majorité des composés issus des colonnes III et V du tableau périodique des éléments chimiques, et les matériaux à gap indirect, comme le silicium (colonne IV).

La notion de gap direct et indirect est liée à la représentation de la dispersion énergétique d'un semi-conducteur : Diagramme E (Energie) - k (Vecteur d'onde). Ce diagramme sert à définir spatialement les extrema des bandes de conduction et de valence. Ces extrema représentent, dans un semi-conducteur à l'équilibre, des domaines énergétiques où la densité de porteurs type p pour la bande de valence et type n pour la bande de conduction sont importantes.

On parle de semi-conducteur à gap direct, pour un semi-conducteur dont le maximum de la bande de valence et le minimum de la bande de conduction se situent à valeur voisine du vecteur d'onde k sur le diagramme E (k). On parle de semi-conducteur à gap indirect, pour un semi-conducteur dont le maximum de bande de valence et le minimum de la bande de conduction se situe à des valeurs différentes du vecteur d'onde k sur le diagramme E (k).

Dans le cadre des applications en émetteur de lumière (interaction lumière/matière), on privilégie les matériaux à gap direct. Leurs extremums de bandes étant localisés à des valeurs de k identiques, les probabilités de recombinaisons radiatives des porteurs sont plus importantes (cf. rendement quantique interne) car elles sont en accord avec le principe de conservation de la quantité de mouvement et par conséquent du vecteur d'onde k.

Caractéristique spécifique aux matériaux à gap direct

Dans le domaine de l'opto-électronique, un paramètre essentiel à la compréhension des phénomènes de générations / recombinaisons de porteurs, est la notion de cœfficient d'absorption. Ce dernier a deux caractères communs à la totalité des semi-conducteurs à gap direct. Il présente dans un premier temps un comportement assimilable en première approximation à une marche d'escalier. Ainsi pour une énergie incidente inférieure à l'énergie de bande interdite, le matériau est "transparent" au rayonnement incident, et le cœfficient d'absorption est particulièrement faible. A partir d'une valeur proche de l'énergie de bande interdite, ce cœfficient présente une valeur constante aux alentours de α ≈ 10⁴cm -1. On parle ainsi de seuil d'absorption optique.

Modification des caractéristiques électriques

Semi-conduction intrinsèque

Article détaillé : Semi-conducteur intrinsèque.

Un semi-conducteur est dit intrinsèque quand il est pur : il ne comporte aucune impureté et son comportement électrique ne dépend que de la structure du matériau. Ce comportement correspond à un semi-conducteur parfait, c'est-à-dire sans défaut structurel ou impureté chimique. Un semi-conducteur réel n'est jamais idéalement intrinsèque mais peut quelquefois en être proche comme le silicium monocristallin pur.

Dans un semi-conducteur intrinsèque, les porteurs de charge ne sont créés que par des défauts cristallins et par excitation thermique. Le nombre d'électrons dans la bande de conduction est égal au nombre de trous dans la bande de valence.

Ces semi-conducteurs ne amènent pas, ou particulièrement peu, le courant, excepté si on les porte à haute température.

Dopage

Généralités

Article détaillé : Dopage (semi-conducteur) .

La formation des bandes interdites étant due à la régularité de la structure cristalline, toute perturbation de celle-ci tend à créer des états accessibles au sein de ces bandes interdites, rendant le gap plus «perméable». Le dopage consiste à implanter des atomes correctement choisis (nommés «impuretés») à l'intérieur d'un semi-conducteur intrinsèque afin d'en contrôler les propriétés électriques.

La technique du dopage augmente la densité des porteurs à l'intérieur du matériau semi-conducteur. Si elle augmente la densité d'électrons, c'est un dopage de type N. Si elle augmente celle des trous, c'est un dopage de type P. Les matériaux ainsi dopés sont nommés semi-conducteurs extrinsèques.

Dopage N

Le dopage de type N consiste à augmenter la densité en électrons dans le semi-conducteur intrinsèque. Pour ce faire, on inclut un certain nombre d'atomes riches en électrons dans le semi-conducteur.

A titre d'exemple, dans le cas du silicium (Si), les atomes de Si ont quatre électrons de valence, chacun étant lié à un atome Si voisin par une liaison covalente. Pour doper le silicium en N, on inclut un atome ayant cinq électrons de valence, comme ceux de la colonne V (VA) de la table périodique : le phosphore (P), l'arsenic (As) ou l'antimoine (Sb)...

Cet atome incorporé dans le réseau cristallin présentera quatre liaisons covalentes et un électron libre. Ce cinquième électron, qui n'est pas un électron de liaison, n'est que faiblement lié à l'atome et peut être aisément excité vers la bande de conduction. Aux températures ordinaires, presque tous ces électrons le sont . Comme l'excitation de ces électrons ne conduit pas à la formation de trous dans ce genre de matériau, le nombre d'électrons dépasse de loin le nombre de trous. Les électrons sont des porteurs majoritaires et les trous des porteurs minoritaires. Et parce que les atomes à cinq électrons ont un électron supplémentaire à «donner», ils sont nommés atomes donneurs.

Dopage P

Le dopage de type P consiste à augmenter la densité en trous dans le semi-conducteur intrinsèque. Pour ce faire, on inclut un certain nombre d'atomes pauvres en électrons dans le semi-conducteur pour créer un excès de trous. Dans l'exemple du silicium, on inclura un atome trivalent (colonne III du tableau périodique), le plus souvent un atome de bore. Cet atome n'ayant que trois électrons de valence, il ne peut créer que trois liaisons covalentes avec ses quatre voisins créant ainsi un trou dans la structure, trou qui pourra être rempli par un électron donné par un atome de silicium voisin, déplaçant ainsi le trou. Lorsque le dopage est suffisant, le nombre de trous dépasse de loin le nombre d'électrons. Les trous sont alors des porteurs majoritaires et les électrons des porteurs minoritaires.

Jonction P-N

Article détaillé : Jonction P-N.

Une jonction P-N est créée par la mise en contact d'un semi-conducteur dopé N et d'un semi-conducteur dopé P. La jonction entraine l'égalisation des niveaux de Fermi par décalage des bandes. Si on applique une tension positive du côté de la région P, les porteurs majoritaires positifs (les trous) sont repoussés vers la jonction. Dans le même temps, les porteurs majoritaires négatifs du côté N (les électrons) sont attirés vers la jonction. Arrivés à la jonction, soit les porteurs se recombinent (un électron tombe dans un trou) en émettant un photon peut-être visible (LED), soit ces porteurs continuent leur course au travers de l'autre semi-conducteur jusqu'à atteindre l'électrode opposée : le courant circule, son intensité fluctue en exponentielle de la tension. Si la différence de potentiel est inversée, les porteurs majoritaires des deux côtés s'éloignent de la jonction, bloquant ainsi le passage du courant à son niveau. Ce comportement asymétrique est utilisé surtout pour redresser le courant alternatif.

La jonction P-N est à la base du composant électronique appelé diode, qui ne permet le passage du courant électrique que dans un seul sens. De manière identique, une troisième région peut être dopée pour former des doubles jonctions N-P-N ou P-N-P qui forment les transistors bipolaires. Dans ce cas-là, les deux semi-conducteurs de même type sont nommés l'émetteur et le collecteur. Le semi-conducteur localisé entre l'émetteur et le collecteur est nommé la base, et a une épaisseur de l'ordre du micromètre. Quand on polarise la jonction émetteur-base en direct, celle-ci est passante tandis que la jonction base-collecteur est bloquée. Cependant la base est assez fine pour permettre aux nombreux porteurs majoritaires injectés depuis l'émetteur (fortement dopé) de la traverser avant d'avoir le temps de se recombiner. Ils se retrouvent ainsi dans le collecteur, produisant un courant contrôlé par la tension de base.

Recherche

En Septembre 2009, l'Union Européenne a lancé son programme IMPROVE [1] (Implementing Manufacturing Science Solutions to Increase Equipment Productivity and Fab Performance) . Premier projet de recherche européen visant une meilleure efficacité dans l'industrie des semi-conducteurs, il est pourvu de 37, 7 millions d'euros. Ce partenariat Privé-Public associe des producteurs européens de semi-conducteurs à de grands instituts de recherche, universités et producteurs de logiciels (35 partenaires en tout en 2009). Le programme devrait durer jusqu'à 2011, avec 3 thèmes principaux :

Industrie

La liste suivante donne les dix principales entreprises mondiales fabricant des semi-conducteur en 2007, en termes de parts de marché[2] :

Rang Entreprise Part de marché Chiffre d'affaire
(Millions USD)
Variation
2006–2007
1 Intel 12, 3 % 33 800 10, 7 %
2 Samsung Electronics 7, 5 % 20 464 1, 6 %
3 Toshiba 4, 3 % 11 820 20, 8 %
4 Texas Instruments 4, 3 % 11 768 – 1, 8 %
5 Infineon Technologies
(y compris Qimonda)
3, 7 % 10 194 – 3, 2 %
6 STMicrœlectronics 3, 6 % 9 966 1, 1 %
7 Hynix Semiconductor 3, 3 % 9 100 13, 7 %
8 Renesas Technology 2, 9 % 8 001 1, 3 %
9 AMD 2, 1 % 5 884 – 20, 9 %
10 NXP Semiconductors 2, 1 % 5 869 – 0, 1 %
Autres entreprises 53, 8 % 147 045 3, 6 %
Total 100, 0 % 273 911 3, 8 %

Les principales entreprises de production de composants en semi-conducteurs présentes en France sont :

Notes et références

  1. Dépêche idw, communiqué de presse de l'Institut Fraunhofer IISB - 31/08/2009 ; Article du Süddeutsche Zeitung - 01/09/2009, repris par une brève d'ADIT-ALlemagne n°449 2009/09/03)
  2. Gartner, «Communiqué de presse sur l'étude de marché annuelle réalisée par Gartner, Inc. », mars 2008. Consulté le 30 octobre 2008

Voir aussi

Domaines englobants

Sous-domaines

Concepts

Liens externes


Recherche sur Google Images :



"Matériau semi-conducteur"

L'image ci-contre est extraite du site uel-pcsm.education.fr

Il est possible que cette image soit réduite par rapport à l'originale. Elle est peut-être protégée par des droits d'auteur.

Voir l'image en taille réelle (389 × 232 - 14 ko - gif)

Refaire la recherche sur Google Images

Recherche sur Amazone (livres) :



Principaux mots-clés de cette page : conducteur - semi - bandes - électron - valence - conduction - trous - jonctions - porteurs - silicium - atomes - électriques - dopage - gap - interdite - énergie - matériau - courant - matériaux - isolant - valeurs - direct - intrinsèque - nombre - semiconductor - base - structure - solide - métaux - comportement -


Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/Semi-conducteur.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 09/12/2010.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu